Quel est l’intérêt de la LOA ?

Quel est l’intérêt de la LOA ?

La question peut paraître banale de prime abord. Mais, au fond, quel intérêt a-t-on à passer par une LOA (location avec option d’achat) qui, comme son nom l’indique, reste une location ?

La LOA, le principe

La location avec option d’achat, une des branches de ce que l’on appelle le « leasing », permet d’obtenir immédiatement un véhicule sans en payer le prix d’achat. Le client de la LOA est en fait simple locataire du véhicule et non son propriétaire. Aussi, il doit régler des mensualités ou loyers dont le montant est défini au moment de la signature du contrat. Il peut y avoir un premier loyer plus important au moment de l’entrée en possession du véhicule.

A première vue, cela ressemble donc fortement à un crédit automobile classique. Cependant, le propriétaire du véhicule est le bailleur de fonds. La durée de location est, elle aussi, fixée à l’avance. Souvent de plusieurs années, elle s’achève par une possibilité d’acheter le véhicule en fin de bail. C’est la fameuse « option d’achat ». Si le locataire ne lève pas cette option d’achat, il rend le véhicule.

On peut donc considérer, sans l’option à la fin, qu’on est en présence d’une simple location. Et de verser des loyers en « pure perte » puisque, à la fin, le véhicule n’est pas sa propriété. Elle ou il aura tout de même bénéficié d’un véhicule pendant toute la durée du contrat et ce, pour une fraction du prix d’un véhicule neuf. C’est la grande souplesse et flexibilité de la LOA.

Les intérêts de la LOA en résumé :

  • Mensualités ou loyers généralement inférieurs par rapport à un crédit
  • Budget prévisionnel clair et précis avant la signature du contrat, vous savez à quoi vous vous engagez
  • Possibilité de racheter le véhicule, ou non. Aucune revente à gérer

Les frais de la LOA

Les mensualités de la LOA dépendent de plusieurs facteurs dont les frais inhérents à ce mode de consommation automobile. Déjà, le loyer est dépendant de la valeur du véhicule loué, ainsi que de la dépréciation estimée de celui-ci au fil des années, et également des kilomètres parcourus. Ainsi, le contrat de location stipule un kilométrage forfaitaire à ne pas dépasser pendant le temps que dure la location. Si vous le dépassez, vous devrez payer à la restitution du véhicule un surplus financier.

En plus de la valeur locative du véhicule, le locataire paie également la marge du bailleur. Aucun organisme de crédit n’avance de l’argent à taux nul. Mais, il faut aussi savoir que de nombreuses sociétés qui pratiquent la LOA exigent que l’on souscrive une assurance tous risques pour le véhicule. Ce qui peut paraître un loyer pas cher peut alors se révéler une fausse bonne affaire.

Les frais d’entretien, et de mise à la route du véhicule sont, comme pour un achat classique, à la charge du locataire. Attention, une LOA est un contrat qui vous engage. En cas de défaillance financière (vous ne pouvez plus régler les mensualités), le contrat peut être résilié par le bailleur qui récupère alors le véhicule. Les loyers échus restent dus et ces sociétés ne sont pas du genre à faire de cadeau. Il faut bien être conscient de tous ces aspects lorsque l’on s’apprête à signer un contrat de location avec option d’achat.

Les avantages et les inconvénients de la LOA

Certes la LOA a un coût avec les divers frais que l’on a vu ci-avant. Cependant, elle a tout de même des avantages. Au premier rang de ceux-ci, celui de pouvoir s’offrir un véhicule neuf sans avoir la somme totale sur son compte en banque. Le montant total est étalé sur plusieurs années, et avec l’option d’achat finale, les mensualités restent souvent très raisonnables pour un véhicule neuf. On peut même viser le véhicule premium et/ou sportif qui nous fait tant envie.

De plus, tout est clairement écrit dès le début dans le contrat. Outre l’éventuel premier loyer, le kilométrage maximal sur la durée du contrat et divers détails, le contractant reçoit de la part de la société de crédit spécialisée un échéancier ou tableau d’amortissement qui lui précise intégralement le montant des loyers à verser, ainsi que la valeur du bien qu’il restera à payer à la fin du contrat.

Surtout, comme son nom l’indique, c’est avec option d’achat. Option : le terme est important. Ce n’est pas obligé, et cela peut même se révéler une bonne affaire. En effet, cette valeur est calculée selon un amortissement préétabli. Toutefois, certains véhicules décotent moins vite que l’amortissement. Aussi, il est intéressant de lever l’option d’achat du véhicule pour soit le revendre, soit le conserver selon ses besoins et ses envies.

Le principal inconvénient de la LOA est qu’en cas de vol ou de destruction du véhicule, vous pouvez vous retrouver à payer des loyers pour un véhicule dont vous ne pouvez plus jouir. Prenez bien attention à ce qui est compris dans l’assurance, et n’hésitez pas à souscrire une complémentaire automobile au besoin.

Et par rapport au crédit ou à la LLD ?

Pour financer son automobile neuve, on peut également se tourner vers le crédit autoclassique. Avec les taux d’intérêt très bas en ce moment, il peut revenir moins cher qu’un leasing. Attention toutefois, le crédit concerne le prix d’achat total du véhicule. Les mensualités peuvent être alors plus élevées, ou l’apport initial plus important, ou la durée du crédit plus longue. A vous de comparer chaque proposition et de vous positionner par rapport à vos capacités d’endettement mais surtout vos besoins et envies.

Lorsque l’on contracte un crédit, la plupart du temps on est le propriétaire du véhicule dès le début. Pour minimiser les risques, certains organismes prêteurs achètent le véhicule pour lequel vous leur payez des mensualités. Après un certain nombre de mensualité, le véhicule est à vous moyennant un changement de carte grise. C’est une sécurité pour la banque et cela peut éviter une mise en gage du véhicule ou la souscription d’une garantie défaut de l’emprunteur. A tout moment, on peut vendre le véhicule et solder le prêt.

Enfin, la LLD ou location longue durée est, comme son nom l’indique, une location. Contrairement à la LOA, ici, pas de rachat du véhicule à la fin du contrat. Vous restituez le véhicule dont vous n’étiez que le locataire. C’est très similaire à la location d’un bien immobilier par exemple. Cette solution peut avoir un avantage pour quelqu’un qui veut rouler dans un véhicule récent et ne pas se préoccuper de la vente et du rachat du prochain. Evidemment, tout ceci se paie via des frais et des intérêts pris par les organismes prêteurs.

LOA, LLD, crédit automobile, mais aussi pourquoi pas « love monney » (prêt financier de la famille et/ou des amis), il existe de multiples façons de financer la voiture de ses rêves. Alors, qu’est-ce que vous attendez ?

No Comments

Post A Comment