Aides à l’achat automobile pour relancer le secteur ?

Aides à l’achat automobile pour relancer le secteur ?

Durement frappé par l’impact économique de la crise du coronavirus, le marché automobile français pourrait obtenir un coup de pouce de gouvernement. Selon le journal Le Parisien, le gouvernement gouvernement plancherait actuellement sur des scénario de différentes mesures susceptibles de relancer le secteur.

Bercy envisage plusieurs scénarios pour relancer le marché automobile

Selon Le Parisien, plusieurs pistes seraient sur la table : renforcement des aides à l’achat de véhicules électriques et hybrides rechargeables en renforçant les dispositifs de prime à la conversion et/ou du bonus écologique.

Le gouvernement envisagerait également de baisser la TVA sur certains véhicules.

Vers un bonus écologique de 6 000 euros ?

En vue d’inciter les entreprises à changer leur flotte de véhicules, le gouvernement envisage notamment que le bonus écologique s’appliquant aux véhicules électriques retrouve son montant initial.

Rappelons que 6000 euros de bonus étaient accordés jusqu’au 31 décembre 2019, seuls 3000 euros sont désormais soustraits de la note. Il est prévu à l’heure actuelle que son montant soit réduit de moitié chaque année pour tomber à zéro en 2022. Mais la mesure pourrait désormais être réactivée en totalité.

Pour stimuler les achats des particuliers, le gouvernement pourrait aussi intégrer les véhicules hybrides rechargeables au bonus écologique. A l’heure actuelle, ce bonus s’élève à 6 000 euros mais uniquement dans le cas d’un achat d’un véhicule 100 % électrique.

Selon Le Parisien, Renault et PSA attendent cette mesure avec impatience. Néanmoins ; selon le journal, ce type de véhicules ne pourrait pas bénéficier d’un bonus d’un tel montant.

Vers une TVA réduite pour les véhicules moins polluant ?

Le gouvernement pourrait également choisir de stimuler la demande en agissant sur le taux de TVA. Si à l’heure actuelle, le taux est de 20 % quelque soit le véhicule, un taux réduit pourrait s’appliquer sur les voitures hybrides rechargeables et 100 % électriques. Les voitures hybrides non rechargeables seraient toutefois exclus du dispositif.

Vers une extension de la prime à la conversion ?

Dernier scénario envisagé : l’extension de la prime à la conversion. Si l’aide ne s’applique à l’heure actuelle que dans le cadre du remplacement d’un véhicule ancien polluant, elle pourrait à terme s’appliquer également sur l’achat de pièces détachées d’occasion permettant d’améliorer les performances écologiques du véhicule.

Une déclaration qui intervenait à la suite de l’annonce de la diminution en 2021 et 2022 du bonus écologique accordé à l’achat de véhicules électriques.

Sources : Le Parisien

No Comments

Post A Comment